Comment résister à la crise du Coronavirus quand on est un Entrepreneur.

Entrepreneur coronavirus

Comme beaucoup de chefs d’entreprises, de commerçants, d’indépendants, la crise du coronavirus me frappe de plein fouet et au pire moment. Même si évidemment il n’y a jamais de bons moments dans ce cas de figure.

L’essentiel dans ce genre de contexte exceptionnel est bien entendu de gérer l’urgence sanitaire. Je tenais avant tout chose à remercier infiniment tous les services de santé, les pompiers, les militaires, les personnes encore actives car essentielles qui se dévouent corps et âmes à sauver des vies, assurer notre sécurité, à nous fournir en produits et en services au minimum vital.

Je ne m’épancherais pas du tout sur l’aspect médical du sujet car je n’y connais rien. Je constate d’ailleurs chaque jour que les réseaux sociaux sont déjà pleins d’experts en la matière…

Par contre au niveau entrepreneurial, Tiphaine et moi pensons pouvoir vous aider à la fois en vous partageant notre expérience. Comment nous vivons cette crise de l’intérieur et quel est notre plan pour y résister voir même en ressortir encore plus fort.

Mise en situation, le début de la crise du coronavirus : 

Au moment où la crise du coronavirus s’abat sur nous, ma femme Tiphaine et moi possédons 7 Franchises Naturhouse et 51 Biens immobiliers. 

Nous venons de déménager 3 jours avant le confinement total dans la maison de nos rêves, de notre vie avec nos deux enfants de 3 ans et 1 an. 

Du jour au lendemain nous apprenons que nos 7 magasins seront fermés jusqu’à nouvel ordre.

Nous devions ouvrir une 8ème Franchise la semaine où le confinement a été déclaré. Donc tous les investissements, le stock, les équipements sont commandés et pour la plupart payés.

Nous apprenons que nous allons devoir mettre tous nos salariés en chômage partiel voir total.

Parmi nos 51 biens immobiliers, 10 sont des locaux commerciaux et les loyers seront suspendus pour le mois d’avril au minimum. Mais le plus inquiétant est de savoir comment nos locataires vont pouvoir surmonter cette crise.

Du jour au lendemain, plus de revenus en tant que dirigeant, des charges, des emprunts encore en cours, des emplois menacés. Plus de 10 ans d’entrepreneuriat, de prises de risques, d’efforts balayés par un virus qui nous paraissaient tellement loin qu’on en plaisantait encore confortablement de notre canapé il y a quelques semaines.

C’est LA GUERRE !

———

Pourtant une semaine après le confinement, en tant qu’entrepreneur je peux vous dire que TOUT VA BIEN.

Pourquoi ? 

Car premièrement, non nous ne sommes pas en guerre, ce terme est à mon sens amplement exagéré.

C’est pour moi une offense à nos ancêtres qui l’ont réellement vécu, et à la fois une volonté de rendre anxiogène au maximum une situation.

Afin peut-être de masquer les manquements dans sa gestion au préalable. 

De mon humble expérience, j’ai été militaire pendant 6 ans et je suis allé deux fois en opération extérieure en Afghanistan, je peux vous assurer qu’ici nous ne sommes pas en zone de guerre et dieu merci.

Je ne connais aucune Guerre qui se gagne en restant chez soi, qui tue en grande majorité les anciens et préservent essentiellement les jeunes.

Par conséquent, Nous ne sommes pas en guerre mais en CRISE à la fois sanitaire et économique.  Et contrairement à une guerre nous pouvons tous trouver des solutions et mettre en place des actions pour en sortir au plus vite, c’est la première bonne nouvelle.

Pour beaucoup de personnes, Le plan d’action pourrait se résumer finalement à : 

1- Rester à la maison

2- Se retrousser les manches 

Le respect du point nº1 sauve des vies et aide considérablement tout le personnel de santé.

Le respect du point nº2 sauvera notre économie.

En tant qu’Entrepreneur, il faut aller beaucoup plus loin car nous n’avons pas le droit aux chômages partiel ou total, personne ne payera vos charges, vos mensualités de crédits, les assurances ne couvrent pas une pandémie et avant de penser à vous, il va falloir sauver votre boîte et protéger vos salariés. 

Certes il y a de nombreux dispositifs mise en place, mais qui consistent pour la grande majorité à reporter des échéances ou à contracter des prêts pour s’en sortir.

Même si c’est déjà une chance énorme, tôt ou tard il va falloir payer, dans un contexte économique plus qu’incertain.

J’avoue quelque fois jalouser ceux qui traverse cette crise au travers de Netflix. Et qui ont déjà mise en place un programme sportif à domicile grâce à la dernière application à la mode dans une certaine insouciance.

Pour autant j’avoue aussi aimer cette adrénaline de monde complètement désorganisé par un petit être invisible, qui rabat toutes les cartes et qui offrira énormément d’opportunités pour construire un monde nouveau.

Rentrons désormais dans le concret. En tant qu’Entrepreneur, Je voulais simplement partager avec vous comment Tiphaine et moi avons gérer la situation depuis le début du confinement et ce que nous allons faire dans les semaines qui suivent.

Voici notre plan d’entrepreneurs pour résister à la crise du Coronavirus :

Étape 1 :  Gérer l’urgence.

Quand le président a annoncé le début du confinement et la fermeture de toutes les entreprises non essentielles à la nation, ça a fait mal, très mal comme « si le ciel nous tombait sur la tête ». 

Je mettais à peine remis de la fermeture des crèches et des écoles quelque jours plus tôt, ceux qui ont des enfants me comprendront …

Je suis passé très vite de la colère vis à vis de la situation, à la proactivité. Quand ça frappe fort, il faut frapper fort à votre tour si vous voulez survivre. 

Voici donc ce que nous avons fait dès les premiers jours du confinement :

A) Annuler tous nos virements, nos prélèvements.

Sauf ceux qui auront peu d’impact sur notre entreprise mais un grand impact sur une autre (petits fournisseurs, indépendants).

En attendant nous avons mis en pause gros fournisseurs, loyers, énergie.

Certains diront que c’est peut-être radical voir incorrect mais au moment de l’annonce du confinement nous ne savions pas où nous allions et nous ne le savons toujours pas d’ailleurs.

Même si cela peut créer des conflits et relations tendus avec vos fournisseurs, vos propriétaires de murs etc… dites-vous qu’après cette crise ils préfèreront avoir des retards de paiements que de perdre un client.

A l’heure actuelle, aucuns problèmes, aucunes relances, des bailleurs compréhensifs.

Évidemment, Je ne vous dis en aucun cas de ne pas payer, mais de payer plus tard. 

Vous devez impérativement sauvegarder votre trésorerie qui n’a jamais aussi bien portée son nom car oui en temps de crise, c’est un véritable trésor.

Cliquez ici pour en savoir plus : https://bpifrance-creation.fr/entrepreneur/actualites/modalites-report-loyers-factures-delectricite-gaz

B) Reporter nos crédits pros 

Même si nous en avions certains qui se terminaient dans quelques mois, tant pis, nous avons décidé de tout reporter pour la durée maximale, 6 mois. 

Nous remercions par ailleurs nos banquiers du crédit agricole sud Rhône-Alpes qui ont été très réactifs, à l’écoute, de vrais partenaires. 

C) Réorganisation de l’entreprise

Il fallait maintenant voir si l’on pouvait malgré tout générer un peu de chiffre d’affaire, réorganiser tous nos magasins ainsi que nos équipes.

Quand j’ai vu que malgré le confinement, Amazon m’avait bien livré mon souffleur de feuille morte et la fixation murale pour ma TV que j’avais commandé juste avant « la guerre », J’ai halluciné. 

Je ne vais pas mentir, j’utilise énormément Amazon, je suis même client Prime, j’avoue … mais quand une multinationale qui ne paie pas d’impôts continue à générer du chiffre d’affaire, alors que mes entreprises sont tout simplement fermées et que l’on me donne le simple privilège de reporter mes échéances Urssaf, je me dis qu’il va falloir trouver une solution et ne pas attendre bêtement.

Avec notre activité, nous avons pu contacter nos clients par téléphone et leur proposer de leurs livrer leurs compléments alimentaires pour 1 mois avec une livraison gratuite. Tout en respectant à la lettre les recommandations sanitaires, nous avons pu faire une dernière salve commerciale, satisfaire nos clients et cela permettra d’assurer les salaires de nos employés pour les prochains mois.  

Mais évidemment ça ne sera vraiment pas suffisant pour sortir indemne de cette crise.

Par la suite nous avons décidé de maintenir 4 heures de travail par semaine à nos salariées pour appeler nos clients, garder le contact et continuer à leurs donner des conseils gratuitement. Nous maintenons le lien par professionnalisme et pour mieux redémarrer une relation commerciale quand tout cela sera derrière nous. 

Le reste du temps nous serons dans l’obligation de passer nos équipes en chômage partiel. 

D) Reporter les échéances sociales et fiscales 

Personnellement c’est ma comptable qui s’est occupé de tout (je l’en remercie grandement au passage) mais si vous voulez plus d’infos à ce sujet voici le lien.

https://www.economie.gouv.fr/coronavirus-soutien-entreprises

Pour faire simple, nous avons demandé de reporter l’échéance de mars et d’avril sur la plus longue durée possible. Sans visibilité, mieux vaut sécuriser au maximum.

Étaler vos dettes et échéances dans ce cas de figure est bénéfique, car la quasi-totalité des entreprises sont concernées. 

Seules celles qui ont une trésorerie solide, et qui étalent au maximum leurs dettes survivront, les autres risquent de déposer le bilan dans les prochains mois.

La consommation va probablement baisser, voir chuter mais l’offre également. Si vous faites partie des survivants vous serez gagnants à moyen-long terme.

E) Emprunter de la trésorerie

Au début nous étions en réflexion sur ce sujet, car pour moi emprunter de la trésorerie est un mauvais crédit au même titre qu’un crédit consommation pour un particulier. Sauf évidemment si cela vous permet de sortir d’une situation de crise. 

C’est pour cela que nous avons demander le maximum c’est à dire l’équivalent de 3 mois de chiffre d’affaire.

Le fonctionnement du prêt garanti par l’état est très cohérent et judicieux selon mois.

Pour faire simple:

  • Vous pouvez emprunter jusqu’à 3 mois de chiffre d’affaire
  • La première année, pas de mensualité (ni intérêt, ni capital), mais une assurance de prêt et des frais de garantie BPI (0,25%)
  • Au bout de cette année, si vous n’avez rien utiliser, vous pouvez tout rembourser. Si vous avez utilisé tout ou partie, vous pouvez étaler le remboursement de 1 à 5 ans avec les intérêts de la banque en vigueur et les frais de garantie BPI additionnelle.

En gros, c’est votre filet de sécurité pour les mois à venir. Les frais de garantie et d’intérêts seront dérisoires, d’autant plus si cela vous permet de sauver votre boîte.

Si au bout d’un an, vous n’avez pas tout utilisé et que votre activité est revenu à peu près à la normale, débarrassez vous de ce crédit en le soldant.

N’oubliez pas que ça n’est pas un droit mais bien une demande et que c’est bien la banque qui vous prête l’argent. L’état n’est là qu’en garantie et quand il faut faire appel à cette garantie en cas de problème, l’état n’est pas très fiable malheureusement et se dégage parfois de ces engagements.  Il va donc falloir convaincre votre banquier dans un contexte très compliqué.

Montrez vous persuasif, confiant et combatif. Ne demandez surtout pas la charité.

Une chose est sûre c’est que même si vous emprunter de la trésorerie, il va falloir dès le début de la reprise économique faire en sorte de mettre votre activité à son seuil de rentabilité. 

Comment me direz-vous ?

  •  En prévoyant un plan de relance marketing sur 6 mois, ne grillez pas toutes vos cartouches dès la fin du confinement
  • En réduisant le plus drastiquement possible les coûts, vous verrez que quand on cherche on trouve toujours.
  • Et malheureusement en prenant parfois des décisions terriblement difficiles comme le licenciement et/ou la fermeture d’un établissement.

Vous devez sauver votre entreprise, parfois couper une branche peut sauver un arbre. Vous pourrez à nouveau recruter et vous développer dans le futur mais uniquement si vous êtes toujours vivant.

https://www.bpifrance.fr/A-la-une/Actualites/Pret-Garanti-Etat-300-milliards-d-euros-pour-soutenir-les-entreprises-impactees-par-le-Covid-19-49167

Étape 2 : Aller plus loin pour être sûr de gagner la bataille du Coronavirus.

Heureusement, Tiphaine et moi avons un éventail d’investissement assez large. Certes nos Franchises et nos locaux commerciaux vont souffrir mais nous possédons de nombreux autres biens immobiliers dont un immeuble de 34 logements qui lui sera peu impacté par cette crise. 

Nous avons donc décidé de reporter tous nos crédits immobiliers également de 6 mois à 100% (Si fortement impacté par le Coronavirus) ou 1 an à 50% (Si moyennent impacté par le Coronavirus).

Ceux sont des clauses souplesses que nous avons dans nos crédits immobiliers. Quasiment toutes les banques le proposent et que nous gardions sous le coude en cas d’urgence, or c’est le cas aujourd’hui.

Ces reports nous permettrons de bâtir une trésorerie conséquente car nous générons actuellement près de 25.000€ de loyers par mois. Et donc de mieux faire face à crise du coronavirus à l’échelle globale de nos investissements, de nos sociétés. 

Nous allons également reporter de 1 an à 50% nos mensualités de notre nouvelle maison afin de voir l’avenir plus sereinement de ce côté-là également et continuer à offrir le meilleur à nos enfants après une décennie de travail acharné. 

Ces exemples concrets sont là également pour vous démontrer que si vous possédez des investissements immobiliers ou même simplement une résidence principale, vous pouvez actionner des leviers qui vous permettront de mieux dormir la nuit afin de mieux combattre la journée dans les mois à venir.

En tout cas nous nous félicitons de nous être bougé pour investir dans l’immobilier en parallèle de nos créations d’entreprise. Cela nous permet d’équilibrer complètement nos comptes en cette période sombre. 

Moralité, ne mettez pas vos œufs dans le même panier, c’est tellement vrai !

Étape 3 : Prendre du recul, se confiner pour méditer.

Voyons les aspects positifs, c’est une occasion unique et historique de tirer les leçons de cette situation, de prendre un peu de hauteur. 

Si vous prenez la crise du coronavirus de plein fouet, quelles leçons en tirer ? 

  • Étiez-vous déjà trop limite en termes de trésorerie ? 
  • Vous n’étiez peut-être pas assez diversifié dans vos investissements ? 
  • Votre business n’est vraiment pas essentiel pour les consommateurs et la reprise risque d’être très dure ?
  • Vous n’aviez pas digitalisé votre entreprise et la mise en place du télétravail a été chaotique ? 
  • Vous ne proposiez pas de vente cross-canal par conséquent le marché de l’internet vous échappe et profite à vos concurrents ?

Que feriez-vous différemment et que ferez-vous différemment quand tout redeviendra normal ? 

  • Etre beaucoup plus rigoureux sur la gestion des dépenses de votre entreprise.
  • Investir les bénéfices de votre entreprise dans l’immobilier par l’intermédiaire d’une holding pour vous diversifier, vous sécuriser.
  • Digitaliser votre entreprise en créant un emploi spécialisé, par l’intermédiaire d’un consultant, ou mieux encore, en vous formant. 
  • Créer un site e-commerce et proposer vos produits en ligne. 
  • Etc. Etc. …

Pour ma part, je suis très heureux que Tiphaine et moi avons su nous remettre en question régulièrement afin d’investir dans l’immobilier et de manière variée (Habitation, parking, locaux commerciaux, bureaux.).

 De plus nous avons lancé une plateforme de formation business en ligne il y a 2 ans et le nombre d’inscriptions a fortement augmenté depuis le confinement. En effet les gens sont chez eux et certains mettent ce temps à profit pour se former et préparer leur avenir. 

Notre conseil, profitez de cette période pour en tirer des leçons, des conclusions sur ce qui vous arrivent et prenez des résolutions post-confinement. 

Ne soyez pas trop dur avec vous-même, personne ne pouvait prédire ce qui allait se passer, même notre gouvernement se faisait très rassurant alors que l’Italie, notre voisin en était déjà à un point dramatique.

Je me suis dit que j’aurai dû +anticiper les choses pour nos entreprises également quand j’ai vu ce qu’il se passait en chine, et après en Italie.

Et pourtant je ne l’ai pas fait en me disant que comme pour le nuage de Tchernobyl, cela s’arrêterait à nos frontières. 

En attendant je préparais tranquillement l’ouverture d’un nouveau magasin, comme si de rien.

Étape 4 : Préparez demain.

Nous sortirons de cette crise, c’est sûr et certain. Sans être devin, miser sur une reprise d’activité courant du mois de mai me parait cohérent. 

N’attendez pas d’être devant le fait accompli une fois de plus. 

Pour vous donner notre exemple : 

  • Rédaction d’un prévisionnel sur 12 mois : 

Oui on fait comme si on repartait de zéro, en partant sur un scénario plutôt pessimiste. Cela nous permet de calibrer nos charges et de prendre les décisions qui s’imposent. Inutile de faire un PowerPoint de 50 pages, un simple tableur Excel suffira. 

  • Mise en place d’un plan marketing : 

Avec un budget éclaté sur 3 périodes, la sortie du confinement, la rentrée de septembre et le mois de janvier 2021.

Sms, emailing, mailing, Facebook et Google ads seront nos meilleurs alliés pour relancer notre activité. Le ROI est excellent sur ces supports et permet des coûts très faibles et très ciblés. 

  • Se préparer aux opportunités : 

Investir en bourse, Acheter des locaux commerciaux, un immeuble de rapport, racheter des fonds de commerces dans notre franchise, développer notre business internet. 

Les mois prochains seront durs oui mais ils seront durs pour tout le monde, malheureusement beaucoup baisseront les bras ou par peur préfèreront vendre à bas prix, il n’y a qu’à voir ce qu’il se passe en Bourse. 

Soyez prêt à bondir, soyez prêt à agir, soyez prêt à vous battre. Les richesses se créent et changent de mains après les périodes de crises, placez-vous du bon côté de la barrière. 

Il ne s’agit pas ici d’être simplement opportunistes. J’ai déjà racheté plusieurs entreprises et croyez-moi, les clients comme les employés sont heureux que quelqu’un reprenne les rennes, que quelqu’un créé de la valeur.

Quel que soit le type d’entreprise que vous dirigez, que vous rachèterez, que vous sauverez, ceux sont des emplois, de la tva, des charges sociales, des taxes que vous allez honorer et donc vous contribuerez au redressement économique de votre ville, de votre région, de votre pays. 

Faites-en sorte qu’il vous en reste quand même un peu à la fin du mois, tout travail mérite salaire 😉

Les crises font ressortir le meilleur ou le pire de nous-même et c’est à vous de choisir. 

Conclusion : 

J’espère que cet article a su vous informer, vous rassurer, vous aider, vous motiver voir même vous inspirer. 

Les services de santé combattent aujourd’hui la crise sanitaire et à nouveau je leur exprime ma plus grande gratitude. 

Les combats de demain seront aussi économiques, pour les prochains mois, les prochaines années, et ceux sont principalement les entrepreneurs qui vont les mener. 

Dites-vous que le nombre d’Entrepreneurs qui seront vaccinés par l’Entrepreneuriat sera conséquent, le nombre de création d’entreprises va chuter par peur et manque de financement. 

Si vous combattez et que vous survivez, imaginez quel type d’Entrepreneur vous allez devenir ! Invincible probablement.

Alors battez-vous et allez chercher au fin fond de vos ressources et de votre créativité pour surmonter chaque obstacle qui se présentera devant vous.

Personnellement Tiphaine et moi sommes prêt plus que jamais, et vous ? 

Parlez-moi de vos difficultés, de vos astuces de votre mindset en commentaire. Dites-moi comment vous vivez cette crise et comment vous comptez vous en sortir ?

Quelques Ressources : 

https://www.economie.gouv.fr/coronavirus-soutien-entreprises

https://www.bpifrance.fr/A-la-une/Actualites/Coronavirus-Bpifrance-active-des-mesures-exceptionnelles-de-soutien-aux-entreprises-49113

https://www.bpifrance.fr/A-la-une/Actualites/Pret-Garanti-Etat-300-milliards-d-euros-pour-soutenir-les-entreprises-impactees-par-le-Covid-19-49167

En savoir plus :

Pour aller plus vite :

Geoffrey Warembourg
Geoffrey WarembourgEntrepreneur | Investisseur | Formateur
Après 6 ans en tant que Sous-Officier dans l'armée de terre, je me suis lancé dans l'entrepreneuriat via la Franchise. Partant de zéro, ma femme et moi sommes aujourd'hui à la tête de 14 magasins, 51 biens immobiliers. Nous générons plus de 3 millions d'euros de CA. Mon objectif est désormais d'aider tous ceux qui veulent se lancer dans la Franchise et ceux qui souhaitent booster les performances de leur entreprise.

MASTERCLASS OFFERTE

Catégories

Formation : Les Fondamentaux de la Franchise

les fondamentaux de la franchise

Formation : Devenir franchisé

Trouver la franchise idéale

Statistiques du blog

  • 25 647 visites

Inscrivez-vous Maintenant

MASTERCLASS FRANCHISE OFFERTE

Votre vie privée, garantie.